Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Décrocher un télétravail dès l'embauche

Vous auriez plus vite fait de décrocher la lune, qu'un jour ou deux de télétravail dès l'embauche. Mais avec une bonne argumentation, votre demande aura plus de poids... toujours ça de gagné pour son réexamen ultérieur.

Même les ardents défenseurs du télétravail ne le proposent en règle générale qu'aux salariés qu'ils connaissent depuis un certain temps. « Ce n'est pas forcément souhaitable d'embaucher directement en télétravail. Les employeurs veulent que leurs collaborateurs prennent leurs marques d'abord  et apprennent à connaître leur environnement », explique Denis Bérard, chargé de mission au département Changement technologique et organisationnel de l'Anact[1]. Au mieux, après vous avoir dit non, on ne vous fermera pas complètement la porte, à condition que vous fassiez vos preuves d'abord.


Voici quelques arguments qui peuvent quand même se révéler utiles :


- Plus efficace. « Faire valoir que le télétravail correspond mieux à votre façon de fonctionner serait un bon argument », estime Denis Bérard. Vous pouvez par exemple mettre en avant que vous vous concentrez plus facilement en étant isolé, que vous disposez d'un bureau à la maison où vous pouvez travailler tranquille... Si vous avez bénéficié du télétravail chez un ancien employeur, c'est une bonne référence : vous êtes sérieux et digne de confiance, on peut en attester.


- Plus assidu.
D'après différentes études, les salariés en télétravail rétrocèdent une partie du temps gagné sur les trajets à leur entreprise. Moralité : les télétravailleurs font plus d'heures que leurs confrères « en présentiel » ! Pour davantage d'informations sur ce point, vous pouvez consulter le tout récent rapport Obergo.


- Plus motivé. « Plusieurs études démontrent que les télétravailleurs sont plus motivés », avance David Klajman, directeur des opérations chez Easycare. Ce centre de contacts compte 200 agents, tous télétravailleurs à temps complet. Or selon les statistiques, il y a moins de turnover et d'absentéisme dans les centres d'appels en télétravail que dans les centres d'appels « classiques ».


-
Un meilleur équilibre. Vous pouvez aussi mettre en avant des arguments personnels : activité sportive régulière, besoin d'amener et récupérer les enfants à l'école, etc. Un salarié qui arrive à bien concilier vie pro et vie perso est un salarié plus efficace !


- Une situation réversible. « Pour rassurer l'employeur, dites-lui que comme le stipule l'accord interprofessionnel (ANI), les deux parties peuvent à tout moment renoncer au télétravail si ça ne fonctionne pas », conseille Denis Bérard.


- L'argument vert. Si votre peut-être futur patron a l'âme d'un écolo, il peut se révéler sensible à l'argument vert : moins de déplacements = moins de pollution bien sûr.


-
Un incontournable. Si l'entreprise vous veut absolument, dites que le télétravail est une condition sine qua non pour vous... quitte à renoncer à d'autres avantages. Dans certaines situations, le télétravail peut d'ailleurs se révéler quasi-incontournable : si vous habitez loin, par exemple, et que vous n'avez pas envie de déménager ni de passer 3 heures dans les transports en commun.


Pour creuser davantage votre argumentation, vous pouvez vous référer à l'étude Le télétravail en question : analyse critique à partir de 10 cas d'entreprises, qui aborde les questions les plus fréquentes sur le télétravail.

 

Priscilla Franken © Cadremploi - Juin 2010

 


Vos réactions, vos témoignages : jeteletravaille@cadremploi.fr

 

 


[1] Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail