Accueil  >   C'est décidé, je télétravaille !  >   Témoignages : ils l'ont fait / ils ont échoué  >   Le télétravail vu par l'employeur  > Ces entreprises qui encouragent le télétravail

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Ces entreprises qui encouragent le télétravail

Combien d'entreprises pratiquent le télétravail en France ? Mystère et omerta... La liste qui suit n'est pas exhaustive mais permet de tordre le cou à certaines idées reçues. N'hésitez pas à nous signaler d'autres entreprises qui favorisent le télétravail. Nous complèterons ce florilège au fil des découvertes.

Les grands groupes :

- Alcatel-Lucent France

Après différentes expérimentations, la direction d'Alcatel-Lucent France et les organisations syndicales ont signé un accord d'entreprise sur le télétravail en janvier 2008. Plus de deux ans après, environ 1 700 salariés, sur toutes les fonctions, sont détachés de l'entreprise jusqu'à 2 jours par semaine. Soit 25 % de l'effectif total.

- SGS

Spécialisé dans l'inspection, le contrôle, l'analyse et la certification, SGS s'est lancé dans le télétravail au début des années 2000. Actuellement, plus de 60 % de son effectif français est concerné par cette pratique, soit environ 1 500 personnes. Principalement des préleveurs, des échantillonneurs et des inspecteurs.

- France Télécom - Orange

En juin 2009, le groupe et les organisations syndicales signaient un accord donnant un cadre au télétravail. Un de ses principes fondamentaux : la présence des télétravailleurs dans les locaux de l'entreprise au moins 2 jours par semaine afin de préserver le lien social. Actuellement, environ 1 000 salariés ont intégré à leur activité cette nouvelle organisation du travail.

- Renault

Le constructeur automobile a signé en janvier 2007 un accord sur le télétravail avec l'ensemble des organisations syndicales. Actuellement, 307 salariés sont des télétravailleurs. Ils occupent tous types de postes dans l'ingénierie et le tertiaire. Environ 80 salariés souhaitent passer en télétravail et attendent une réponse de la part de leur manager. Une condition : le télétravail ne doit pas excéder 4 jours par semaine.

- Axa

Le groupe d'assurances expérimente le télétravail depuis décembre 2007, date à laquelle un premier accord a été signé. D'ici la fin 2010, environ 200 personnes devraient être concernées par le télétravail : gestionnaires de sinistres, directeurs techniques, responsables RH... Pour maintenir le lien social, la pratique devrait être limitée à 3 jours de travail à distance par semaine.

- Hama France

Depuis un peu plus d'un an, l'entreprise spécialiste de l'accessoire high-tech et du multimédia propose à 200 salariés de travailler à distance un jour par semaine. La société, très engagée pour la protection de l'environnement, estime qu'elle économise ainsi 24 000 litres de carburant chaque année.

- Air France

Même s'il n'existe pas d'accord spécifique dédié au télétravail mais uniquement une charte annexée à un accord triennal de gestion prévisionnelle de l'emploi, la compagnie aérienne recense 131 télétravailleurs. Soit 91 vendeurs à distance et 40 salariés issus des fonctions supports : juristes, contrôleurs de gestion... Le nombre de jours télétravaillés par semaine varie de 1 à 4.

- Wolters Kluwer France

En 2009, le groupe d'édition et de presse a proposé à certains de ses salariés de travailler à distance. On estime à 130 le nombre de télétravailleurs dans l'entreprise. La pratique est limitée à une journée par semaine et est réservée aux plus de 55 ans. Le télétravail est ainsi considéré comme une opportunité d'améliorer les conditions de travail des salariés en fin de carrière.

- Microsoft

Un accord d'entreprise sur le télétravail a été signé en octobre 2008 par l'ensemble des syndicats, dans le cadre du déménagement du siège de Microsoft France à Issy-les-Moulineaux. L'accord s'applique uniquement aux ingénieurs de la division support technique, soit environ 90 salariés. Il limite à 3 le nombre de jours télétravaillés par semaine.

- Intel France

Depuis environ 10 ans, le fabricant de processeurs propose à ses salariés de travailler à distance. Sont principalement concernés : les équipes de vente, de marketing et le personnel administratif. Sur 100 salariés, environ 70 sont en télétravail. La pratique est encadrée par un accord et fait l'objet d'un avenant au contrat de travail.

- Michelin

Depuis mai 2009, date de signature de l'accord sur le télétravail, Michelin offre la possibilité à ses salariés de travailler à domicile jusqu'à 2 jours par semaine. Actuellement, le groupe compte près de 50 télétravailleurs. Les conditions ? Etre en CDI, avoir 6 mois d'ancienneté, travailler à temps plein ou à 80 %. À noter : les femmes enceintes et les salariés handicapés bénéficient d'un avenant spécifique.

- Bayer France

Le groupe chimique et pharmaceutique a signé, en 2007, un accord qui donnait un cadre au télétravail. Néanmoins, seule une vingtaine de salariés est concernée. Principalement des commerciaux ou des salariés « itinérants », qui travaillent à distance à temps complet.

- Accenture France

Signé en février dernier, l'accord sur le télétravail chez Accenture est en phase de déploiement. D'ici la fin de l'année, 60 % des salariés, dans les fonctions internes, devraient être concernés. Ils pourront, s'ils le souhaitent, travailler à distance entre 1 et 3 jours par semaine.

- Atos Origin

La société, spécialisée dans le paiement sécurisé en ligne, a signé, il y a quelques mois, un accord pour encadrer le télétravail. La pratique, en phase de déploiement, devrait être mise en place d'ici la fin de l'année, sur la base du volontariat et ne pourra pas excéder 50 % du temps de travail hebdomadaire.

 

Les PME:

- Easycare
Easycare, prestataire de service spécialisé dans la gestion de la relation client, a fait du télétravail un atout concurrentiel : tous ses télé-agents salariés (200 personnes actuellement) sont des télétravailleurs à temps plein et les cadres du groupe pratiquent eux-mêmes le télétravail alterné.

- Sneda

L'éditeur de logiciels pour la gestion patrimoniale a signé un premier accord sur le télétravail en 2006. Celui-ci a récemment été renouvelé jusqu'en 2012. Sur 136 collaborateurs, 34 travaillent ainsi à distance entre 1 à 4 jours par semaine. Tous les types de postes sont représentés : analystes programmeurs, ingénieurs, assistantes commerciales et marketing... Dès la première année, la PME nantaise annonce avoir économisé près de 150 000 euros.

- Wikio

Créé par le fondateur de Kelkoo, le portail d'information sur Internet propose à ses 30 salariés de travailler à distance à temps complet. La PME ne dispose pas de locaux. Les salariés se retrouvent donc, quelques jours par mois, dans des bureaux loués à Paris.

- Oodrive

En 2006, lorsque le fournisseur de services applicatifs rachète la PME Mayetic, éditeur spécialisé dans le travail collaboratif, il propose à certains de ses chefs de projet-produit de passer en télétravail. Actuellement, aucun accord ne régit la pratique, qui ne concerne pour l'instant que quelques salariés sur une centaine.

 

... et bien d'autres bientôt...


Pour compléter cette liste : jeteletravaille@cadremploi.fr

Aurélie Tachot © Cadremploi - Juin 2010